vendredi 16 octobre 2015

Le développement des jeunes reines compromis par les néonicotinoïdes

Quel est l'individu le plus important dans une colonie d'abeilles mellifères? Sa majesté, la reine, bien sûr!

C'est elle seule qui donne vie à de multiples générations de jeunes ouvrières et de faux-bourdons. En été, elle pond entre 1'000 et 2'000 oeufs par jour, au rythme d'un voire deux oeufs par minute. En effectuant cette performance de ponte, la reine pond chaque jour son propre poids en oeufs.
La majesté infatiguable assure ainsi la survie de son peuple. Contre cette prestation extraordinaire, elle reçoit logement, soins et nourriture en abondance.

Une reine jeune, forte et bien fécondée dégage des phéromones royales en grande quantité et cette odeur se répand dans toute la colonie. En vieillissant cependant, la quantité de phéromone royale diminue, sa place au sein de la colonie n'est plus assurée. L'élevage d'une nouvelle reine débute dès que ce parfum royal décroît dans la ruche en-dessous d'un certain niveau.*
*Source: L'étonnante abeille, Jürgen Tautz

Que se passe-t-il alors si lors de l'élevage d'une nouvelle reine, cette dernière est exposée à travers la nourriture à des pesticides, plus précisément aux néonicotinoïdes thiamethoxam et clothianidine ?

Une étude suisse menée à ce sujet conclut que les effets négatifs sont importants: anomalies des ovaires ainsi qu'une nette diminution de la qualité et de la quantité des spermes dans la spermathèque.

Pour en savoir plus, suivez les liens:

Neonicotinoid pesticides severely affect honey bee queens
Geoffrey R. Williams, Aline Troxler, Gina Retschnig, Kaspar Roth, Orlando Yanez, Dave Shutler, Peter Neumann et Laurent Gauthier.
Scientific Reports, October 2015

Les reines aussi touchées par les néonicotinoïdes
Tribune de Genève, 13 octobre 2015

Merci Tony d'avoir partagé l'article.

Photo ML 2014
Bonne lecture!



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire